Pré Miss d’une catastrophe annoncée Déc10

Tags

Related Posts

Share This

Pré Miss d’une catastrophe annoncée

Nous avons eu le plaisir de découvrir la semaine dernière, le nouveau visage de notre Miss France 2012. Certes, le sujet que j’ai choisi de traiter aujourd’hui peut sembler plus léger. Mais après tout un peu de légèreté dans un monde de brute ne peut pas faire de mal.
Delphine, la très jolie Miss Alsace, en plus d’un joli corps, semble avoir un instinct aiguisé. Delphine Wespiser de son nom, avait d’abord été sélectionné par le comité Miss Prestige National avant de se rétracter et de se présenter au concours Miss France d’Endemol.

Je n’ose imaginer la déception de Geneviève de Fontenay. Mais après tout qu’a-t-elle été faire dans cette galère. Pour rappel, Geneviève de Fontenay a claqué la porte de la société Miss France quand Kelly Bochenko, Miss Paris destituée, a été recyclée dans la Ferme Célébrités par Endemol (propriétaire de la société Miss France, depuis huit ans).
Depuis des années la société Endemol, produit des émissions de télé réalité faisant largement débat dans 31 pays où elle sévit tant par ses contenus que par ces procédés. Au mois d’août de cette année nous apprenions que le groupe de télévisions britanniques ITV pourrait s’allier à l’italien Mediaset, contrôlée par Sylvio Berlusconi, afin de s’emparer de la société production endettée à hauteur de 2 milliards d’euros. Autre hypothèse envisagée, Les créanciers du groupe, dont font partie les fonds américains Centrebridge et Apollo, ainsi que des banques comme Royal Bank of Scotland et Barclays, pourraient échanger leur dette contre des titres de la société.
Mme de Fontenay m’avait semblé être une personne plutôt douée de raison. Mais choisir de vendre l’œuvre de sa vie à une société de production comme Endemol, avec TF1 comme incontournable diffuseur, et l’inénarrable Jean-Pierre Foucault dans le rôle du présentateur, ne pouvait laisser que présager l’affligeant spectacle qui nous fut livré.

  • Pour la jolie ballade des Miss au Mexique je vous renvoie à l’excellent article de Delphine Rigaud sur Rue89.com «Endemol se paie le Mexique qui se paye Miss France». Total de la facture pour ce pays d’accueil 350 000 €.

  • Le 3 décembre donc la mairie de Brest accueillait l’élection de Miss France. Le maire de Brest François Cuillandre a affirmé qu’il effectuait la « un investissement communication » sur cela aucun doute vu le nombre de fois où chaque intervenant n’a pas manqué de s’écrier : « Tonnerre de Brest ». Il a qualifié cette opération de rentable en mettant en avant les 4000 places mises en vente pour assister à l’élection et qui aurait rapporté 450 000 € à Endemol.

  • Quant à la chaîne TF1, selon Xavier de Fontenay qui se confiait dans le magazine Télé 2 Semaines, les droits payés à Endemol pour la diffusion de l’élection s’élèveraient à 5 ou 6 millions d’euros pour deux ans. Sommes tout à fait possibles, quand on sait que les retombées publicitaires de cette soirée ont rapporté plus de 5 millions d’euros à la chaîne du groupe Bouygues.

  • Passons sur les différents partenaires de la soirée, notamment pour les nombreux cadeaux que l’heureuse élue se verra attribuer. Mon propos n’est pas de remettre en question le business autour de cette élection (quoique je ne sois pas certain que le mexicain qui n’a d’autre choix que de passer la frontière avec les États-Unis pour trouver un travail ou que le chômeur brestois en cette veille de Noël, en soient pleinement heureux). Ce qui me navre en regard d’un tel chiffre d’affaires c’est le pitoyable spectacle qui nous a été proposé.
    Dans un  décor kitsch, éclairé par des néons fluorescents dignes des années 70, nos Miss ont évolué dans des tenues pauvres et ringardes. Je suppose que la technique avait dû placer un repère pour que l’animateur soit toujours bien en face de son ventilateur faisant ainsi volter élégamment sa mèche de cheveux. Aussi agité que le grand Georges Moustaki (pour qui j’ai la plus profonde admiration), Jean-Pierre Foucault était à la mesure du spectacle : atone. En grand professionnel, il a de suite remarqué, la faiblesse des chorégraphies dans les tableaux présentés, faisant appel à l’indulgence des téléspectateurs pour les Miss dont ce n’était pas le métier. Mais alors que dire des danseurs qui les accompagnaient. Je ne suis pas certain que l’image du jury retenu pour cette soirée en sorte grandie.
    Faudra-t-il pour pimenter cette élection qu’une certaine presse arrive à nous sortir quelques clichés cachés de la nouvelle Miss France, je ne suis pas certain que cela suffise. Même si personnellement j’en serais ravi car je trouve que la nature a été particulièrement généreuse avec elle.

    Prions pour que la prochaine élection à venir en mai 2012 ne soit pas organisée par Endemol est diffusée par TF1.

    Mais ça c’est une autre histoire…