Les communicants dans la vase Avr23

Tags

Related Posts

Share This

Les communicants dans la vase

Une amie me faisait remarquer qu’à la lecture de mon titre, elle s’attendait à lire un post sur la communication ou le marketing. Péché d’orgueil ou satisfaction déplacée, toujours est-il que j’ai souhaité le conserver. En fait les communicants dont je parle ne sont pas très éloignés du marketing, derrière leur étiquette d’économistes, journalistes, experts, ils ne sont rien d’autres que le relais de certains lobbies. Il est toujours très intéressant de relire des magazines d’information de mois, voire d’années passées. De revoir des émissions traitant de sujets récurrents à plusieurs époques d’intervalles. Ne serait-ce que pour s’apercevoir combien de ces communicants, ne craignent pas d’exhumer leurs propos de la vase

Je repense aux différentes périodes depuis 2008. Depuis la crise déclarée. Cette fameuse crise annoncée comme une maladie honteuse. Si, si honteuse, et tellement martelée qu’on nous ferait croire que c’est de notre faute. Nous avons été insouciants. Vouloir vivre décemment, n’a-t-on pas idée! Être attaché de la sorte à ses services publics, à un système de santé qui nous permet d’être les champions de la longévité en Europe, à ces maudites 35 heures qui nous place dans le top de la productivité des pays industrialisés, et que dire de notre « way of life ». Après tout il est quand même fou de penser que les français puissent souhaiter profiter de congés, de RTT, de vacances dans un pays parmi les plus visités au monde. Ajoutez à tout ça qu’on aime manger, assis, et en prenant notre temps, c’est à croire qu’on refuse obstinément le progrès.
Les chantres de l’économie libérale nous prédisaient l’apocalypse à grands coups d’intervention sur le petit écran, ayant toujours un avis sur tout et surtout un avis, si nous n’étions pas capables de réduire drastiquement nos dépenses. Reprenant les prévisions de la banque mondiale, du FMI et autre Standard & Poor’s. Le sort de la Grèce nous guettait.
Puis des troublions sont arrivés pour dire que cette cure d’amaigrissement menait tout droit à la famine. Autrement dit le remède nous guérirait mortellement. Aucune relance n’était possible sans investissement.  Il fallait au moins être prix Nobel pour le deviner.  5 ans. Cinq longues années. C’est le temps qu’il aura fallu pour qu’une frange, non négligeable de ces Pythies changent leur fusil d’épaule. Je dis une frange car il y a toujours les irréductibles. Le plus drôle, s’il vous reste un peu d’humour, est d’imaginer les revenus de ces apôtres du toujours moins. Je n’ai jamais trouvé un smicard, dans aucun média, qui vienne prôner le régime sec en matière salariale et autres subsides publiques.
Ne nous a-t-on pas chanté l’incomparable et au combien enviable politique allemande. Omettant au passage de nous préciser qu’en en 2010, 16% des Allemands vivaient sous le seuil de pauvreté. C’est donc plus que les Français (14%, soit le même niveau que la Suède) mais moins que la moyenne dans l’Union européenne (16,9%).
Au Royaume Uni, les inégalités sont à des niveaux disparus depuis le XIXème siècle de Dickens.  En Chine, les 10 % les plus riches rassemblent 60 % des richesses du pays, presque comme en Afrique du Sud qui est le pays les plus inégal au monde, largement plus qu’à la fin de l’Apartheid.
Toutes ces aides envers les salariés, les chômeurs, tiendraient de l’assistanat. Celles vers les entreprises, les entrepreneurs, portent les doux noms de :  » soutien, relance… »Ça m’a rappelé les mots de l’évêque brésilien Hélder Camara qui disait « Quand j’aide les pauvres, je suis un saint. Lorsque je demande pourquoi ils sont pauvres, je suis communiste. »

Que peut-on lire sur le site de la Tribune du 22/04/2013 :

Et si vous faisiez partie des « 1% » les plus riches au monde?

Le site internet Globalrichlist (site en anglais), lance comparateur de revenu en ligne, servant à mesurer sa fortune à celle du reste de l’humanité. Il suffit d’y indiquer son revenu annuel ou bien son patrimoine, c’est de circonstance. Résultat : si vous gagnez le Smic en France, vous gagnez en un an ce qu’un agriculteur du Ghana mettrait 119 ans à obtenir. Si, comme la moitié des cadres (selon des chiffres de l’APEC), vous gagnez au moins 47.600 euros par an, vous faites partie des 0,24% des personnes les plus riches au monde. Votre revenu mensuel permettrait de rémunérer au moins 237 médecins pakistanais pendant un mois.

L’ONG indique sur son blog qu’elle a choisi de lancer son outil de comparaison des « richesses » rénové à l’occasion des 25 ans de la célèbre liste des 1.000 résidents britanniques les plus aisés publiée chaque année par le Sunday Times. La France est même, avec la Russie et l’Inde l’une des trois nations d’origine parmi les plus représentés par les « super-riches » d’outre-Manche. Tous au moins millionnaires, ils appartiennent à la tranche des… 0,001% des humains les plus riches au monde.( finances/20130422trib000760931/et-si-vous-faisiez-partie-des-1-les-plus-riches-au monde.html )
Le 04/03/2013 le site du Figaro écrivait : » Selon le classement du magazine américain Forbes, le monde n’a jamais compté autant de milliardaires: ils sont 1426 cette année, 200 de plus que l’an dernier.(http://www.lefigaro.fr/argent/2013/03/04/05010-20130304ARTFIG00439-les-milliardaires-plus-riches-et-plus-nombreux.php)
Ce que ne nous disent pas les chœurs du « toujours moins pour les autres », L’ONG Oxfam, basée à Londres le fait. Elle rapporte que :

  • Les 100 personnes les plus riches du monde ont gagné la somme fabuleuse de 240 milliards de dollars en 2012. Et qu’un quart de cette somme suffirait à éradiquer la pauvreté sur la planète.
  • Le secteur du luxe a connu une croissance de 11 % depuis le début de la crise
  • Qu’environ 32 trillions de dollars sont cachés dans les paradis fiscaux, soit un tiers de la richesse qui existe au monde.

En septembre 2012 est sorti une étude de l’Insee. Rendu public presque en catimini, dans la nuit du jeudi 6 septembre au vendredi 7 2012. Ce travail aussi technique que politique aurait pu relancer les polémiques sur l’héritage sarkozyste. Il confortait ceux qui, à gauche, plaident pour une politique économique de soutien à la demande.
Toutes les catégories de la population, y compris les classes moyennes, ont vu leur niveau de vie baisser. Ce recul étant d’ailleurs plus marqué chez les plus pauvres. Seuls les 5 % des plus riches s’en sont sortis. Entre le dynamisme de leurs salaires et les rendements élevés de leurs placements, leur niveau de vie, stable en 2009, a de nouveau augmenté. (http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/09/07/de-plus-en-plus-de-pauvres-des-riches-toujours-plus-riches-des-inegalites-accrues_1757025_823448.html)

Je pourrais multiplier les exemples, citer les études, aligner les chiffres à l’infini. Au-delà du système qui les crée, de la volonté qui les pérennise, les inégalités relèvent d’un principe physique simple. Celui des vases communicants. Et tous ceux qui vous le cachent, ou vous disent le contraire prêchent pour leur paroisse.
La création de richesse serait la finalité de toute nation et de tous les peuples. Encore faut-il s’entendre sur l’acception donnée au mot richesse et bien entendu sur sa répartition…

Mais ça c’est une autre histoire…

Postscriptum…

J’ai écrit ce post hier le 22. Et ce jour M. J.M  Barroso est enfin sorti d’un coma de cinq ans et a reconnu que l’austérité imposée en Europe et dans les pays les plus touchés par la crise était contreproductive!