Le corps en saignant Mar05

Tags

Related Posts

Share This

Le corps en saignant

Un corps pour l’esprit. En anthropologie, la culture désigne l’ensemble des croyances, connaissances, rites et comportements d’une société donnée. On pourrait réserver  le terme de culture aux productions non matérielles d’une société et parler de civilisation à propos des productions matérielles. Au singulier, la culture, c’est l’éducation que reçoit un être humain qui va faire de lui un homme de savoir, un homme civilisé. La culture se prend aussi au pluriel, au sens d’un milieu dans lequel un être humain est élevé, milieu qui varie d’une région à l’autre du monde.

Il est par contre convenu que l’appréhension d’une culture ne peut de faire sans certaines connaissances (linguistiques, historiques, littéraires, scientifiques, techniques, etc.)
La culture générale souffre aujourd’hui d’une crise qu’on a pu appeler « crise de l’école ». Le principe qui prévalait  qu’un individu doté d’une culture générale, soit en mesure de faire preuve de capacité d’analyse et de synthèse hors de son corps de métier, est remis en question. La polémique engendrée par la récente décision de l’école des sciences politiques (Sciences-Po) de la suppression pure et simple de l’emblématique épreuve de culture générale dès 2013 en est un exemple flagrant.
Pour Denis Kambouchner, professeur de philosophie à l’université Paris I : «On reproche fréquemment aux épreuves de culture générale de favoriser les « héritiers », ceux qui s’expriment avec le plus d’aisance, et à qui leur éducation familiale a permis d’accumuler les expériences culturelles. La culture générale n’est pas et n’a jamais été un simple « vernis » de connaissances diverses, notamment littéraires, qu’on se procurerait pour en faire étalage C’est une chose beaucoup plus sérieuse, à savoir l’ensemble des acquisitions qui permettent de prendre conscience de toutes les dimensions du monde. »
Nous sommes déjà, dans une culture du tout scientifique qui induit un grand appauvrissement de la culture générale. « Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine » disait Montaigne, insistant sur l’importance de la capacité de jugement. Cette capacité qui doit conduire au libre arbitre. La France a augmenté son pourcentage de réussite au baccalauréat, mais cela s’explique surtout par une baisse générale du niveau. Cerise sur le gâteau, la prédominance de la filière scientifique s’impose pour la plupart des élèves réduisant les autres filières à de simples voies de garage.Posons un postulat :

  • La France, entre 1995 et aujourd’hui, est passé du second au onzième rang du classement de l’OCDE sur l’éducation en consacrant 3,9 % de son PIB à l’éducation nationale, contre 4,5 % en 1995.

  • La démographie de notre pays impose des investissements plus importants que l’Allemagne. 50 % d’élèves de plus malgré un PIB équivalent !

    • 60 000 postes de moins dans les écoles depuis 2007

     Beaucoup de pays connaissent une crise de l’éducation. Et les récentes propositions des futurs candidats à l’élection présidentielles dans le nôtre tentent à y répondre. Plus d’enseignants pour les uns. Moins de professeurs,  mais payés 25% de plus pour plus d’heures de présence pour les autres…
    Cédons à la mode de la comparaison Mais le plus parlant reste la rémunération des enseignants. Un petit regard sur ce que font nos voisins est révélateur. Prenons un professeur certifié avec 15 ans d’ancienneté. Le salaire moyen annuel en France d’après l’OCDE sera de 30.000 euros

    • Seuls les islandais et les grecs auront un salaire inférieur
    • Il sera équivalent en Suède et en Italie
    • Au Portugal, en Norvège en Autriche et en Belgique il sera de +3 à +6
    • En Grande Bretagne, en Espagne Aux Pays Bas et en Irlande l’écart ira de +30% à + 58%
    • Et enfin la comparaison si chère à nos dirigeant actuels : l’Allemagne + 73%

    Je n’ose même pas parler du Luxembourg qui offre un salaire moyen à ses enseignants 3 fois supérieur aux nôtres. (+290%).
    Je vous invite à regarder l’excellent reportage du Blogueur sur Arte : http://www.arte.tv/fr/2972238.html

    Bien sûr si la culture nous rend libres, elle ne suffit pas à nous rendre moralisés. Enseignement et enseignants même combat. Avant de les évaluer, on pourrait les réévaluer.

    Mais ça c’est une autre histoire…